[Test] Gran Turismo 7 : Le grand test [FR]

Gran Turismo 7 est sorti le 4 mars 2022, il est développé par Polyphony Digital et publié par Sony Interactive Entertainment. Le jeu marque l’anniversaire d’un quart de siècle de la série exclusive à PlayStation. Ce septième volet est le premier opus à sortir sur la console dernière génération PS5 de Sony. Le titre est aussi cross-gen et est également disponible sur Playstation 4. Gran Turismo 7 devient-il le nouveau champion du jeu de course après un faux départ de Gran Turismo Sports ?

Depuis plus de 25 ans, Gran Turismo est la simulation de course automobile par excellence de PlayStation. La série de jeux de course donne la possibilité au joueur de parcourir des circuits internationaux. Moins arcade dans sa jouabilité que les autres jeux de course, la série est une simulation qui se veut proche des mécaniques réelles. Elle couvre l’ère automobile, emmenant les pilotes dans un voyage en proposant des voitures des années 1950 à nos jours.

Le jeu commence avec des véhicules à vitesses raisonnables et finit à des vitesses supérieures à 300 km/h. La progression se fait à travers deux modes offrant une expérience bien distincte : Music Rally et Carte du monde.

Un jeu deux modes

Le mode Rallye Musical propose des courses contre la montre en rythme. La musique de fond module vos points de contrôle à la manière de Guitar Hero. De plus, la musique change de vitesse en fonction de votre vitesse de conduite. Le but est d’arriver à la fin en même temps que la musique se termine. Un mode intéressant, mais actuellement court et pas forcément indispensable.

Le mode Carte de Monde vous présente le mode classique de Gran Turismo. Un mode scénarisé demandant au joueur d’évoluer dans des circuits, des championnats et des missions pour remplir son catalogue de collection de voitures.

On compte à l’heure actuelle pas moins de 245 voitures de toutes âges à collectionner. La sélection grandira déjà avec l’ajout d’autres véhicules d’ici la prochaine mise à jour.

Pour les missions, l’évolution du joueur se fait parmi plusieurs sections de la carte regroupant des activités. Au départ, seulement quelques-unes de ces sections sont débloquées, dont celle du Gran Turismo Café.

Un café gourmand

L’objectif du Café est de délivrer des défis. Il présente ces requêtes sous la forme de menu dans un décor de brasserie. Un décor d’ailleurs clinquant sur PS5, mais nous y reviendrons plus tard. Les défis varient, ils peuvent s’agir d’acquérir des véhicules, remporter des défis de conduite ou d’arriver sur le podium d’un championnat dans les circuits mondiaux. Compter plus de 34 circuits différents à parcourir à travers le monde.
Ces défis sont répétitifs mais pas moins intéressants grâce à ses intervenants.

Luca est le guide du café. Il apparaît sous la forme de bulles et permet d’apporter des informations historiques sur les véhicules obtenues. Nous n’aurions pas été contre un peu plus de mise scène. Les bulles ont un aspect statique qui rend la progression non vivante.

Le système de progression du café bien qu’il soit répétitif est tout de même addictif. Il permet au joueur de progresser en douceur. Parfait pour les néophytes dont je fais partie. Les renseignements historiques sont les bienvenus et appuient la crédibilité de la simulation Gran Turismo. Toutefois, les débuts laborieux dans les véhicules d’époque n’est pas la plus agréable des mises en bouche. Vous serez obligé de gravir les échelons pour profiter d’une vraie sensation de vitesse. Au fil de votre progression dans le café, vous déverrouillez d’autres sections sur la carte notamment les fameuses concessions.

Attrapez les tous, GranTurismon !

Grâce à l’obtention de crédits sur le circuit, le joueur peut acheter des véhicules chez le concessionnaire. Ces derniers s’affichent sous des lieux dédiés à l’occasion ou de véhicules neufs. L’occasion se distingue comme dans la vraie vie par un catalogue à prix attractif mais éphémère. Les voitures proposées changent chaque jour en temps réel. Il va falloir scruter quotidiennement les bonnes opportunités pour acheter les modèles qui vous faut.

Les places Brand Central et les Voitures de légende sont les concessions de véhicules neufs sur la carte du monde. Ils disposent de tous les véhicules, mais à prix fort. Patience est mère de vertu pour les collectionneurs, tous les véhicules ne sont pas déblocables via le café et la concession reste l’unique option. Sachez que pour les moins patients le jeu propose un système de monnaie virtuel moyennant quelques pièces bien réelles. Une mécanique déplorable qui va sans conteste déséquilibrer les courses en ligne au lancement.

Chauffeur, si tu es champion, Appuie sur le mode mission 

Pour varier les plaisirs, un mode en ligne est disponible ainsi que le mode mission. Le mode mission propose des missions plus singulières. Les courses sont spéciales et demandent au pilote de se livrer à des courses d’aspiration, de dépassement, de drift et autres. Un mode qui vient étoffer l’expérience.

Notez que tous les circuits mondiaux peuvent être rejouable et paramétrables selon vos conditions. Vous pouvez changer la météo, la configuration de la route, le comportement des adversaires et les pénalités. Une infinité de combinaisons pour accroître la durée de vie.

Need for Style

Les modes GT Auto et atelier de préparation sont aussi de la partie. Ces modes proposent une personnalisation de vos véhicules et de votre pilote.
L’atelier est lié à l’aspect technique de vos voitures. Vous pourrez changer les pièces pour améliorer les performances de celles-ci dans les courses. Utile pour modifier le comportement d’un véhicule ou de le débrider pour augmenter vos chances de victoires.
Le mode GT Auto consiste à une modification visuelle de votre pilote ou de votre carrosserie. Les pièces de tuning ne sont pas exhaustives mais elles ont le méritent d’être présentes. Surtout si on souhaite que notre carrosse tape sa plus belle pose.

Scape est le dernier lieu dont je n’ai pas parlé sur la carte. Le mode incruste vos véhicules in-game dans des photos somptueuses à travers le monde. Dit comme ça le mode n’emballe pas, mais c’est peut-être l’un des plus intéressants. L’incrustation des véhicules dans des décors photoréalistes permet d’apprécier la carrure de votre voiture dans d’excellents paysages. Les photos font le tour du globe et affiche de nombreuses options de personnalisation pour des effets pointilleux. Parfait pour les plus créatifs d’entre nous.

Monte si tu veux conduire

Assez parlé mode de jeu parlons désormais de la conduite. Vous avez la possibilité de jouer selon trois styles. En utilisant les joysticks, les pavés de direction ou le gyroscope. Bien entendu Gran Turismo 7 est compatible avec des volants. Pour une vision plus immersive, vous pouvez jongler d’une caméra à la troisième personne à la vue subjective.

La prise en main est intuitive et immédiate. Un petit défaut s’affiche néanmoins comme une évidence quand on plonge dans à la première personne. L’interface est intrusive et obstrue la vue des rétros. Nous aurions aimé la possibilité d’ajuster le champ de vision ou modifier les composants de l’affichage tête haute. Le jeu ne propose que les options suivantes : afficher toutes les infos, les infos partielles ou rien. Ils nous obligent à choisir entre le tableau de bord et le classement. Un mauvais point qui entache l’immersion.

Qui dit jeu de simulation dit commandes et gestion sélectives. Heureusement, l’accessibilité est de mise et permet aux nouveaux joueurs ou au plus arcade de dompter la bête. Trois modes de difficultés définissent le comportement de l’IA, les classiques : facile, Normal ou Difficile. Dans les paramètres, il est possible d’ajuster le niveau de transmission, l’automatisme des freinage ou encore l’affichage de marqueurs de freinage et de virage. Un combo parfait pour étendre la capacité de jeu au plus grand nombre. Que de points positifs, s’il fallait un point négatif, il faudrait regarder du côté des graphismes.

Une esthétique disparate

Le jeu propose deux types d’affichage sur PS5 : le support du ray tracing ou les performances. Nous n’avons pas constaté de changement notable dans les performances, que vous choisissiez l’un ou l’autre. En revanche, d’un point de vue visuel, on peut dire qu’un peu de ray tracing fait bénéficier aux voiture de plus beaux reflets. Cependant, la qualité visuelle n’est pas à la hauteur des standards des jeux de nouvelle génération. L’affichage est propre et net, mais très similaire à Gran Turismo Sports sur la PS4 Pro. Notons aussi que les dégâts infligés sont toujours minimes. Nous sommes obligées de faire la comparaison graphique avec un autre titre : le dernier Forza Horizon 5. Le jeu de simulation de chez Xbox a su étendre ses qualités visuelles aux voitures, mais aussi aux circuits comparés à Gran Turismo 7 où ces qualités sont inégales.

La qualité varie grandement en fonction de la voiture, de sa couleur ou du circuit. Les couleurs vives absorbent les reflets et renvoient un aspect mat ou plastique sur les véhicules. Cette différence est vraiment notable sur les véhicules de couleurs sombres. Les reflets de lumières sont l’autre point noires du titres. Que ce soit ceux du soleil ou des phares un halo aveuglant vient taper l’écran. Les reflets sont bien plus distinctifs super dans des modes contemplatifs comme Scape ou les rediffusions.

Lors des rediffusions ou du mode scape, le point de vue de la caméra statique. Ce point de vue renforce la vitesse et embellit les course voitures de l’extérieur ce qui n’est pas le cas quand on la vit. La sensation de vitesse est réduite au volant dû à un affichage trop lisse et net. Gran Turismo aurait dû miser sur un peu d’effets visuels comme du flou de mouvement pour augmenter l’effet de célérité.

Côté sons, les effets sonores sont impeccables et retranscrivent à merveille les bruits des engins. Ce n’est pas le cas de l’ambiance. Si on désactive la musique de fond dans les circuits, l’ambiance est vide. Malgré la présence de supporteurs, aucun cri ni commentaires venant accroître l’essence d’une course automobile est présent. On est d’accord qu’il s’agit d’un jeu de simulation, mais il peut être plus engageant pour le joueur d’être encouragé par la foule que d’un silence environnant.

Les points positifs

  • Une progression addictive
  • Plus de 245 véhicules
  • 34 circuits dynamiques
  • Des graphismes nets
  • Un mode photo aux oignons
Les points négatifs

  • Graphiquement daté
  • Manque d’immersion
  • Du contenu réutilisé
  • Une ambiance statique

Conclusion

Gran Turismo 7 est le jeu de course qu’il faut posséder. Un titre complet proposant plus de 245 voitures et 34 circuits. Une simulation réussie qui offre beaucoup de contenu addictif et accessible à explorer pour les initiés et les néophytes. S’ il fallait avoir un regret avec le titre cela viendrait sûrement de ses qualités graphique en deçà que ce que la console peut apporter. Toutefois rien de comparable ne l’égale sur le circuit PlayStation. Vous pouvez démarrer les yeux fermés votre aventure tout en accrochant votre ceinture pour ce nouveau Gran Turismo.

17/20

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.