NFT : c’est quoi et pourquoi toute l’industrie s’y met ?

Les tokens non fongibles (NFT) sont la nouvelle coqueluche d’Internet, et ils commencent à s’étendre au domaine des jeux vidéo, avec notamment des initiatives d’Ubisoft ou de Microsoft. On fait le point sur le sujet, et sur les raisons de cet engouement.

Un token non fongible, c’est quoi ?

Les tokens non fongibles sont basés sur la même technologie qui porte le Bitcoin (BTC), c’est-à-dire la blockchain. Les NFT sont donc une forme d’actifs qu’il est possible d’échanger librement sur un réseau. À l’inverse du Bitcoin cependant, leur valeur n’est pas fixe (fongible). Chaque NFT aura un prix qui peut varier, cette propriété est qualifiée de « non fongible ».

Les NFT sont utilisés en tant qu’objets numériques dans des domaines très variés. Ils sont surtout connus pour être des pièces d’art numérique, qui s’échangent à prix d’or. Mais dans le domaine des jeux vidéo, ils ont aussi leur intérêt : ils permettent de représenter des objets, skins ou autres éléments, et de leur donner une vraie valeur. Les prix des NFT sont fixés par le marché : c’est-à-dire que c’est la demande qui prime, et leur potentielle rareté.

Leur utilisation dans les jeux blockchain

Parmi les premières utilisations des NFT, on trouve le jeu de cartes à collectionner CryptoKitties. Les cartes sont enregistrées sur la blockchain et librement échangeables entre utilisateurs, contre de la cryptomonnaie – en l’occurrence de l’Ether. D’autres jeux de cartes à collectionner ont été proposés au public ces dernières années, par exemple Gods Unchained.

Les NFT sont également utilisés pour créer des économies entièrement numériques. On peut ainsi citer Decentraland, un univers virtuel dont les terrains sont tous représentés par des NFT. C’est un peu comme si chaque parcelle des Sims était achetable, et qu’elle permettait de créer un écosystème financier. Les détenteurs de la parcelle y construisent des attractions, comme par exemple des terrains de course, et récoltent des cryptomonnaies lorsque les autres joueurs « visitent » ces lieux virtuels.

D’autres jeux, dont des RPG, choisissent d’utiliser des NFT pour créer leurs items, par exemple des pièces d’armure, des skins, ou encore des armes. Les possibilités sont donc (presque) infinies pour le domaine des jeux vidéo.

Même les grands noms de l’industrie s’y mettent

La preuve de cet attrait, c’est que les grands noms de l’industrie ont commencé à se pencher sur le sujet, dont Ubisoft. L’éditeur du bien connu Assassin’s Creed Valhalla avait déjà testé les NFT dès 2020, en proposant des tokens Lapins Crétins dont la vente bénéficiait à l’Unicef. Du côté de Microsoft, c’est une collection de badges numériques qui a été lancée : Azure Heroes.

De manière notable, la marque Atari a également choisi de miser tout sur la blockchain et les NFT. Elle a ainsi créé un casino virtuel dans le monde de Decentraland, qui fonctionne grâce à la cryptomonnaie. Elle a également proposé à la vente des représentations numériques de ses cartouches mythiques, qui se sont vendues pour 110 000 dollars.

Avantages des tokens non fongibles

Pour les éditeurs, les NFT ont de gros avantages. D’une part, ils permettent de laisser les joueurs organiser leur propre système économique, sans avoir besoin de pousser à la vente. C’est un modèle issu des casinos en ligne. Comme on le voit sur le site de VegasSlotOnline, les jeux de table sont en effet souvent accessibles de manière gratuite. Les joueurs peuvent ainsi faire tourner la roulette ou affronter un croupier de blackjack, en choisissant ou non de miser de l’argent réel.

À l’heure où les microtransactions sont souvent mal vécues par les joueurs, cela peut donc être un modèle qui fonctionne pour les éditeurs de jeux vidéo. Un autre avantage des NFT, c’est qu’ils permettent à des studios indépendants de monétiser leurs créations, en proposant à la vente des tokens collectors. C’est donc aussi une bonne nouvelle pour les amateurs de jeux de niche.

L’arrivée des NFT dans l’industrie des jeux vidéo n’en est ainsi qu’à ses débuts, mais déjà cette technologie s’avère prometteuse. Elle s’inscrit également dans une vague d’adoption des cryptomonnaies, qui s’est accélérée depuis le début de l’année 2021. On peut donc prédire sans trop se tromper que la blockchain fera définitivement partie des outils courants des développeurs dans les années à venir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.